pelloche

pelloche

samedi 5 novembre 2016

La loi de la jungle: Apagogie now!

©2015 RECTANGLE PRODUCTIONS – FRANCE 3 CINEMA – ORANGE STUDIO – SCOPE PICTURES – IMAV EDITIONS

Grâce au site Cinétrafic (chez qui on peut facilement s'enquérir des films de l'année prochaine), j'ai découvert en DVD le film La loi de la jungle, d'Antonin Pertejatko. J'en avais un peu entendu parler, en mal comme en bien, mais comme le simple pitch me faisais marrer, je me suis dit que ça devrait plutôt me convenir: "Marc Châtaigne, stagiaire au Ministère de la Norme, est envoyé en Guyane pour la mise aux normes européennes du chantier GUYANEIGE : première piste de ski indoor d’Amazonie destinée à relancer le tourisme en Guyane. De mésaventure en mésaventure, on lui affuble un coéquipier. Pas de chance c’est une pin-up. Pire : elle a du caractère."

Vous vous interrogez peut-être sur la signification de ce mot étrange dans mon titre. Rassurez-vous, je l'ai découvert y'a pas moins de 5 minutes sur Wikipédia (oui, je sais, un mythe s'effondre, en vrai, je ne suis pas la fille cachée de Bernard Pivot). Sachez donc que l'apagogie, mes petits amis, c'est un raisonnement par l'absurde. Et bien La Loi de Jungle, c'est exactement ça. C'est un film qui nous parle de notre petit monde tout pourri actuel en nous envoyant bivouaquer au fin fond de l'Amazonie dans une histoire complètement foutraque et délicieusement désuète.

©2015 RECTANGLE PRODUCTIONS – FRANCE 3 CINEMA – ORANGE STUDIO – SCOPE PICTURES – IMAV EDITIONS


Imaginez un monde où les gens restent stagiaires au-delà de la quarantaine, un monde où l'on construit des pistes de ski dans un endroit qui n'a jamais vu un flocon de neige, où des projets colossaux sont abandonnés avant même d'avoir commencé grâce à des actionnaires versatiles, où personne n'est compétent pour son métier, parce qu'il a été débarqué là par le hasard des décisions gouvernementales, où certaines attitudes néocolonialistes nous feraient presque penser que l'esprit OSS 117 ne s'est pas cantonné aux années 60. Ça vous paraît fou et en même temps tout à fait familier? C'est normal, c'est l'univers de La loi de la Jungle, qui ressemble comme un mauvais rêve à celui dans lequel on vit.

Sauf que le monde de ce film, il a au moins le bon goût d'être drôle, mais alors vraiment vraiment drôle. Et ça, c'était une excellente surprise à laquelle je ne m'attendais pas. J'ai ri, plusieurs fois, à gorge déployée. J'ai ri jusqu'à en avoir les yeux humides. J'ai ri jusqu'à en devoir utiliser le bouton pause de mon lecteur DVD.  J'ai ri à l'absurde, j'ai ri au burlesque, j'ai ri aux dialogues, j'ai ri un peu triste, j'ai ri au sexe impulsif, j'ai ri aux bons souvenirs. Sans pouvoir m'en empêcher, parfois contre moi-même, jusqu'à avoir mal aux joues et au ventre. Et je me suis dit que j'avais été bien idiote de le rater au cinéma.


©2015 RECTANGLE PRODUCTIONS – FRANCE 3 CINEMA – ORANGE STUDIO – SCOPE PICTURES – IMAV EDITIONS

Donc premier bon point, j'ai trouvé le film drôle et pas bête dans sa n'importenawakité. Ensuite, il faut quand même que je vous parle de cinéma, parce qu'on est quand même là pour ça. Non content d'être un scénariste vraiment original, Antonin Pertejatko est aussi un metteur en scène très inventif. C'est d'abord un excellent 'faiseur d'images", la simple scène du générique du début, nous montrant une immense statue de Marianne survolant la forêt vierge en hélico, nous en convainc très rapidement.

Dans ce film, on est sans cesse surpris, même par la mise en scène, qui participe allègrement à l'humour de ce film. D'abord il faut dire qu'il a instauré un rythme très particulier: on est sur du 22/22.5 images par seconde en tournage, soit un léger effet d'accélération sur les images et les voix, qui donne un rendu très burlesque. Ça a l'air de rien, comme ça, chez nous on a même mis un certain temps avant de s'en rendre compte, mais ça marche du tonnerre. Après, il y a une minutie dans le cadrage et la construction de plan constante, qui permet d'insérer des gags en deuxième ou troisième plan, ce que je trouve toujours assez sympatoche parce que ça me rappelle tonton Tati (et que ça m'étonnerait à peine que ce soit une influence majeure de Pertejatko). Y'a même de la facétie dans le montage, j'en veux pour preuve des jump-cuts sur Jean-Luc Bideau aussi hilarants qu'inattendus.

©2015 RECTANGLE PRODUCTIONS – FRANCE 3 CINEMA – ORANGE STUDIO – SCOPE PICTURES – IMAV EDITIONS

Et puis voilà, La loi de la Jungle c'est aussi un film qui fleure bon la comédie d'aventure made in France de L'Homme de Rio à la Chèvre, qui, s'il va plus loin dans l'absurde, a aussi une dimension réaliste assez impressionnante. Et là, on peut notamment souligner le travail des acteurs qui se sont donnés à fond. Marcher dans l'eau croupie et la boue en short? Check! Risquer sa vie dans les rapides? Check! Manger des gros vers blancs? Check! Le tout réalisé sans trucage. Et ouais, Vilama Pons et Vincent Maccaigne en aventuriers de l'extrême, ça paraissait pas évident, comme ça, ben en fait, ils sont bougrement impressionnants. D'autant plus qu'une véritable place est laissée aux éléments naturels, et que Pertejatko prend son temps pour nous montrer les merveilles ou les horreurs que recèle la jungle. Et on n'est pas ici uniquement dans le plan de coupe exotique, la nature a vraiment un rôle à jouer. Quand un serpent englouti une souris, on sent l'allégorie de notre jungle sociale à nous. La luciole posée sur l'épaule de Vimala Pons la transforme en jolie fée sylvestre.

©2015 RECTANGLE PRODUCTIONS – FRANCE 3 CINEMA – ORANGE STUDIO – SCOPE PICTURES – IMAV EDITIONS


Et puis bon, parce que je vais éviter de faire trop long, je vous jette en vrac plein d'autres raisons de voir le film:

- un casting comptant Matthieu Amalric, Pascal Légitimus et Thomas de Pourquery, c'est possible? Ben oui!
- Vimala Pons! Je ne sais pas comment on ne peut pas tomber amoureux de cette fille.
- Un BO comptant Kosma, Rameau et Jean-Michel Jarre, c'est possible? Ben oui!
- Le ministère de la norme
- Une bagarre à la Hill/Spencer
- Les personnages principaux s'appellent Châtaigne et Tarzan
- Des répliques cultes ("Saloperie de nature!")


Le DVD

Sorti le 18 octobre 2016 et édité par Diaphana, ce DVD présente dans l'ensemble, une belle qualité d'image et de son. Encore une fois, ne cherchez pas de réglage si tout est un peu accéléré: c'est fait exprès!

Des bonus très sympas:
- Documentaire court sur le tournage/making off: où l'on découvre avec fascination que Vimala Pons peut manger des vers, et ce sur plusieurs prises et que la productrice du film n'a peur de rien.
- Un bestiaire: parce que oui, on voit plein de bébètes dans le film qu'on sait pas comment elles s'appellent. Ben maintenant, on sait!
- La bande annonce: bonus classique, mais qu'on est quand même content d'avoir
- Des scènes coupées, qui sont tout de même sympas.












10 commentaires:

  1. A sa sortie il s'était fait démonté ! Je crois que c'était Au Masque et la Plume, j'étais donc très étonnée de voir ton billet. Une critique sur l'absurde avec le fantôme de Tati ça sent bon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avais entendu ce masque. Et je t'avoue avoir été très étonnée d'avoir autant aimé ce film. Mais le rire, ça se contrôle pas, et là j'ai complètement suivi. Dès les premières minutes et la scène d'entretien avec Bideau, on se regardait, hilares, en se disant "Mais qu'est ce que c'est que ce truc. On a même dû faire des arrêts pour que nos rigolades intempestives ne nous empêchent pas de profiter de tout le film. Franchement, je ne m'y attendais pas du tout, mais ça m'a fait un bien fou, ce film.

      Supprimer
  2. Je n'en ai absolument pas entendu parler à sa sortie mais ça a l'air d'être quelque chose ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca l'est! Et j'ai failli passé à côté!

      Supprimer
  3. D'abord merci, parce que c'est pas tous les jours qu'on apprend des nouveaux mots hein!
    J'ai beaucoup aimé ce film, où j'ai rit telle la baleine hystérique. La fine satire de notre monde est très réussit, et je ne sait résister au comique de répétition. Cela dit, j'ai eu quelques petits moments difficiles où le too much m'a un peu perdue, mais bon! Ce film est tellement originale et intéressant que je n'en garde qu'un excellent souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca me fait plaisir de voir que j'ai pas été la seule à me gondoler irrésistiblement devant ce film!

      Supprimer
  4. J'avais été super emballée par la bande-annonce et le résumé mais je n'avais alors pas trouvé le temps d'aller le voir au ciné. A l'époque moi j'avais lu/entendu de très bonnes critiques. Merci pour la piqure de rappel,j'ajoute de nouveau ce film sur ma liste (cela devient une habitude). Et puis rhoo, un mythe s'effondre assurément...^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que j'en ai lu autant de bien que de mal. Mais franchement, un film qui met autant en joie, même s'il peut aller un peu trop loin dans l'absurde (note qu'en ce qui me concerne, ça ne me dérange pas du tout), ça se refuse quand même pas par les temps qui court. Je m'en veux de vous décevoir comme ça, mais je me dois d'être honnête avec vous (surtout que mon papa n'a rien à envier à Bernard Pivot, non mais)

      Supprimer
  5. Je suis bien tentée par ce film. Tu le vends bien :).
    Bisous à toi et à plus sur nos blogs respectifs!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, n'hésite pas à le voir, c'est une vraie bouffée d'air frais! Bises

      Supprimer